Le Livre de Saskia, de Marie Pavlenko

 

Le Livre de Saskia, de Marie Pavlenko

 

 

Mon résumé :

  Saskia a dix-huit ans ; elle entre en terminale. C’est une jeune fille en tous points semblable aux autres, qui se distingue par quelques petits détails néanmoins : elle a été adoptée dans un orphelinat indien. Elle, détentrice d’une abondante chevelure rousse ? On a trouvé avec elle une étrange pierre bleue, qui au contact de sa peau change de température… Saskia est de plus détentrice d’incroyables réflexes. Assez d’éléments donc pour nous mettre la puce à l’oreille, mais l’héroïne elle-même ne se doute de rien.
  Deux étranges énergumènes font cette année leur apparition dans son lycée. Tod, un beau ténébreux qui la suit partout, et Mara, une petite rousse énergique qui semble le détester. Tous deux se mettent en tête de la « surveiller », c’est-à-dire en restant avec elle presque 24/24… La pauvre Saskia n’y comprend rien, mais autour d’elle, les coïncidences s’accumulent, et elle saisit vite que ses deux gardes du corps sont détenteurs d’un secret extraordinaire… auquel elle est directement mêlée.

 

 

Publié premièrement aux éditions Scrinéo, puis repris en format poche aux éditions Pocket Jeunesse. Tome 1 = 378 pages. Tome 2 = 419 pages. Tome 3 = 490 pages. Format poche.

Coût inconnu, mais comme ils sont en format poche chez Pocket Jeunesse, ils doivent être assez abordables.

 

 

 

Mon verdict :

  Dès que j’ai commencé ce livre, l’histoire m’a fait penser à l’œuvre  » Phaenix », de Carina Rozenfeld. Une jeune fille qui nage dans le mystère suite à l’apparition de deux individus mystérieux, et qui finalement découvre un secret que personne n’avait vu venir… Heureusement, « Le Livre de Saskia » s’est révélé plus mouvementé que cette autre lecture.
  Tout d’abord, une très jolie plume qu’est celle de Marie Pavlenko (l’auteure) : un humour sarcastique qui fait un peu lourd au début, mais auquel on s’accoutume vite et qu’on peut alors pleinement savourer. Une narration à la première personne et au passé simple, deux éléments rarement associés. Il s’en passe des choses dans la tête de Saskia, et nous les découvrons toutes méthodiquement… Certaines sont drôles, d’autres pas grand intérêt. Mais aucun livre n’est parfait.
  Pour sûr, je mets au défi quiconque de deviner le secret de Tod et de Mara avant leurs révélations. La chose est tournée de manière à être totalement insoupçonnable, mais en relisant le début du tome 1 on peut saisir toutes les allusions qu’y a glissées Marie en prévision de la suite… C’est un univers de fantasy mythique auquel on s’habitue facilement, simple à assimiler puis à suivre. Je vais entamer la lecture du tome 3 mais je me souviens bien que quand j’ai lu le tome 2, j’y ai retrouvé les ingrédients du tome 1 : malgré l’écart de plusieurs mois entre les deux livres, je n’étais pas perdue, surtout qu’il y a un petit résumé du premier opus avant la reprise de l’histoire.
  Et maintenant, LE point noir de la série…
  L’histoire d’amour, bon sang. Une intrigue amoureuse qui parasite complètement le récit… Je confesse avoir sauté sans remords certains paragraphes. Je suis absolument allergique ! Mais si vous êtes fan des longs monologues larmoyants sur l’amour de la vie d’une lycéenne, foncez ! D’autant plus que le couple est formé dès le tome 1, et qu’il y a toujours autant de passages qui lui sont dédiés dans le tome 2 ! Tous se ressemblent et  – à mon avis – ne servent à rien… ça, je suis bien déçue. Je n’ai continué à lire que pour les autres composants de l’histoire. Mais ce défaut va faire baisser la moyenne du « Livre de Saskia » !
 
Modification, ajoutée après ma lecture du tome 3
  J’ai fait cette critique avant de lire le tome 3, et maintenant que j’ai fini la série je peux ajouter que le final est époustouflant, la bataille du dénouement menée tambour battant, l’intrigue du Troisième Enkidar résolue d’une manière à la fois insoupçonnable et parfaitement logique, enfin bref, un travail de boss.
  Je constate aussi que Marie a fait un super travail avec les relations psychologiques entre tous ses personnages : les relations encore fragiles entre Saskia et ses parents, son amour pour ses amis… C’est un aspect du livre très important que tous ces liens qui mêlent les protagonistes, peu à peu, avec patience, pour arriver au résultat final, prévisible mais bien mené.

 

 

 

Mes notes :

Le titre : 1/2
La mise en page : 3/3
Le langage : 4/4
La nature : 0/2
Le thème : 3/3
Le genre : 2/2
L’intrigue : 2/5
Les personnages : 2/3
Le style littéraire : 3/3
Le plaisir de la lecture : 1/3
Total : 21/30
//petit rappel : à mon sens, ce n’est pas vraiment le total des points qui compte, mais plutôt les notes par catégorie : il est plus intéressant et instructif de noter à quel endroit le livre a perdu des points, et pourquoi.//

 

 

 

CQFD :

  Oui, ç’aurait été un super bon plan sans cette intrigue secondaire à l’eau de rose… Après elle vous dérangera sûrement moins que moi ! Elle doit être assez bien faite pour des amateurs du genre. Enfin, si sauter des paragraphes ne vous fait pas peur, tentez quand même le coup ! Les trois tomes sont sortis en grand format aux éditions Scrinéo, et en format poche chez Pocket Jeunesse.

 

 

Bonus :

Le site de Marie Pavlenko : ici !

 

Le Livre de Saskia, de Marie PavlenkoMarie Pavlenko au SLPJ 2015 !

 

Amitiés,

Shishi et Chinmoku.

Publicités

Un commentaire sur “Le Livre de Saskia, de Marie Pavlenko

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s