U4 – Stéphane, de Vincent Villeminot

 

U4 - Stéphane, de Vincent Villeminot

 

 

Mon résumé :

Le filovirus U4 (Utrecht – 4ème génération) sévit depuis dix jours désormais. Nausées, fièvres, saignées mortelles… Quand on contracte U4, on en meurt en quarante heures. Seuls les jeunes de 15 à 18 ans sont, pour la plupart, mystérieusement épargnés par l’épidémie.
  90% de la population mondiale a déjà été décimée. L’électricité est aléatoire, Internet et l’eau courante se sont coupés faute d’entretien. Les grandes villes se sont transformées en immenses charniers, en cités-fantômes parcourues par de rares survivants. La déchéance planétaire.
  Juste avant qu’Internet ne lâche définitivement, un message a été envoyé à tous les joueurs Experts du jeu en ligne « WOT », « Warriors of Time ». L’expéditeur en est Khronos, l’administrateur du site. Il appelle tous ses Experts à un grand rassemblement le 24 décembre, « sous la plus vieille horloge de Paris », dans le but sibyllin de « remonter le temps » pour échapper à U4. Partout en France lesdits joueurs se préparent donc à rencontrer, pour la première fois, le mystérieux Khronos.
  Stéphane Certaldo est une adolescente sombre et taciturne, qui depuis le début du chaos U4 demeure dans son appartement lyonnais. Elle attend le retour de son père, brillant épidémiologiste, qui a été évacué par l’armée dès l’annonce du désastre. Elle est finalement obligée de rallier un R-Point, un lieu de rassemblement des survivants, pour se préserver des pillards qui dévalisent les immeubles et s’en prennent aux jeunes demeurés chez eux. Dans le R-Point, il y a de l’eau, de la nourriture et des soins pour tous. Seulement Stéphane, autonome et assez peu portée sur la vie en communauté, ne s’y sent pas à son aise. Elle ne croit pas au rendez-vous de Paris, pourtant elle est prête à accompagner Yanis, un réfugié de son âge, jusqu’à la capitale, pour fuir les malheurs de Lyon et aller elle-même chercher son père dans son nouveau laboratoire…

 

Publié aux éditions Syros et Nathan – partenariat exceptionnel. 383 pages, gros format.

Coût : 16,90 €.

 

Présentons mieux U4 !

U4 - Stéphane, de Vincent Villeminot

U4 est une collection composée de quatre ouvrages : Stéphane, Yannis, Koridwen et Jules, écrits respectivement par Vincent Villeminot, Florence Hinckel, Yves Grevet et Carole Trébor. On y suit quatre jeunes, rescapés de l’épidémie, dont les parcours divergent certes pais qui poursuivent un même but, et dont les existences se mêleront à Paris.
  Les auteurs s’étaient lancé ce défi : leurs héros devaient se retrouver en duo, puis tous ensemble, au cours de leurs aventures. Ce qui impose bien sûr de se mettre d’accord sur les actions et les dialogues, qui seront écrits de deux voire de quatre points de vue différents… Pour cela ils ont passé une semaine dans une maison d’écrivains, ont échangé plus de 2 500 mails et SMS… Et il est sidérant, au cours de la lecture, de constater à quel point les vies des personnages s’entremêlent. J’ai désormais hâte de découvrir Stéphane sous la plume des autres écrivains. C’est là que réside l’un des principaux intérêts de ce travail à quatre : chacun s’est un peu approprié les personnages des autres, le temps de l’écriture, et cette donnée apporte à la lecture de chacun, selon l’ordre dans lequel on découvre U4. Chaque ouvrage fait écho aux autres.

 

Mon verdict :

   Après ce débriefing global, je vais parler de Stéphane en particulier.
  Je voulais absolument commencer par ce tome car Vincent Villeminot est l’un de mes auteurs fétiches. (J’ai lu quelques livres d’Yves Grevet, je connaissais le nom de Florence Hinckel, et Carole Trébor m’était complètement inconnue.) Stéphane, fille de médecin, apporte un aspect très rationnel à l’aventure U4, de par son caractère dur et terre-à-terre : elle ne croit pas du tout au rendez-vous donné par Khronos à Paris, et essaie de dissuader ses amis de s’y rendre ; avec ou sans succès, vous verrez bien. Elle est débrouillarde grâce à tout ce que son père, docteur d’urgence qui a surmonté des situations difficiles, lui a enseigné. Elle est la seule, de nos héros, qui n’a pas vu sa famille mourir et qui espère encore la revoir. Ce statut de privilégiée lui inspire parfois de la culpabilité.
  Stéphane espère plus que tout retrouver son père. En cela, leur relation père/fille est un pilier fondamental de son histoire. Elle est intimement persuadée qu’il la cherche et qu’il la sauvera, qu’il secourra ses amis, qu’il vaincra U4… Le Dr Certaldo est son héros, et gare à ceux qui doutent de lui. A cet amour sans faille s’oppose un léger sentiment de jalousie : elle en veut à son père d’être parti travailler sur le virus en l’abandonnant à Lyon. Depuis qu’elle est enfant, elle le voit partir en Afrique pour sauver des vies, laissant là sa famille inquiète, et en cette situation de crise elle aurait aimé qu’il pense avant tout à elle…
  Au final, U4 est une histoire de reconstruction : l’action commence après les ravages du virus, et celui-ci ne symbolise nullement l’ennemi des héros. Ce virus est juste un aléa qui va générer un monde nouveau dans lequel les personnages vont évoluer avec un nombre certain de contraintes ; notre univers changé du tout au tout dans l’un des pores scénarii imaginables. Pour preuve supplémentaire, on trouve assez vite des hypothèses quant à la façon de contrer le virus, donc c’est une problématique relativement peu importante. Ce que va montrer le livre, ce sont les transformations apportées par le virus et la façon dont les survivants vont s’en remettre. C’est une dystopie effrayante de par sa crédibilité, surtout du point de vue de Stéphane qui a des précisions médicales très terre-à-terre sur le phénomène.

 

 

Mes notes :

Le titre : 2/2
La mise en page : 2/3
Le langage : 3/4
La nature : 2/2
Le thème : 3/3
Le genre : 2/2
L’intrigue : 5/5
Les personnages : 3/3
Le style littéraire : 2/3
Le plaisir de la lecture : 3/3
Total : 27/30.
//petit rappel : à mon sens, ce n’est pas vraiment le total des points qui compte, mais plutôt les notes par catégorie : il est plus intéressant et instructif de noter à quel endroit le livre a perdu des points, et pourquoi.//

 

 CQFD :

  Pas de doute, Stéphane est un bon livre, et il est bien parti pour faire partie de mes favoris. J’ai hâte de découvrir les autres opus U4

 

EDIT : Je me permets, maintenant que j’ai lu les quatre romans, de faire un petit classement avec mes préférés.

Nul autre U4 n’a réussi à enlever Stéphane de la première place de mon podium personnel, place que je prévoyais pour lui dès le début de ma lecture.

Koridwen arrive en deuxième, pour sa fin principalement.

Jules en troisième, même si je pensais qu’il serait une place plus haut.

…Et Yannis en bon dernier. Pas parce que je ne l’ai pas aimé, mais plutôt parce que j’ai préféré les autres… Les U4 sont tous géniaux, alors on valorise les meilleurs au lieu de descendre les moins bons !

 

 

Bonus :

Ici, je parle de Yannis
Ici, je parle de Jules
Ici, je parle de Koridwen

 

U4 - Stéphane, de Vincent VilleminotVincent Villeminot au SLPJ 2015 !

 

U4 - Stéphane, de Vincent VilleminotEt, cerise sur le gâteau… Tous les auteurs d’U4 posent avec Shishi au SLPJ 2015 ! Je peux mourir en paix.

 

Amitiés,

Shishi et Chinmoku.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s