Le Tag Impossible, 1ère édition

 

Chinmoku, se baladant allègrement dans les méandres d’Internet, tomba par hasard… sur un tag PKJ tout beau tout frais !

 

Le Tag Impossible de PKJ

Le Tag Impossible… Voilà un nom qui allèche ! Ce tag est proposé par les éditions Pocket Jeunesse ; ils en proposent beaucoup. Sont donc présentées des propositions « impossibles », et je vais devoir choisir, entre chaque paire de propositions, celle qui me plaira le plus.
Challenge !

 

 

1.Votre livre préféré n’existe pas OU vous n’avez pas de coup de cœur pendant 3 ans.

Pas de coup de cœur pendant trois ans. Parce que tous mes livres préférés sont des coups de cœur, je n’arrive pas à en déterminer un encore meilleur que les autres ; alors si mon livre préféré n’existait pas, ce serait comme si aucun de mes coups de cœur n’existait… Dur, hum ?

 

 

2.Conseiller un livre OU se faire conseiller un livre.

Conseiller un livre, j’adore ça ! C’est que généralement, quand on me conseille un livre, je ne peux pas le lire à cause de ma PAL trop grande ou de mon budget bouquins réduit. Alors conseiller moi-même un livre, ça reste plus « productif » on va dire.

 

 

3.Hunger Games OU Le labyrinthe.

Hunger Games, sans hésiter. Je n’ai pas lu Le labyrinthe mais vu les retours que j’ai eus dessus, tant sur les films que sur le roman, je n’ai pas trop envie de me laisser tenter. Hunger Games en revanche, j’adore ! Autant la série littéraire que les films même. J’ai trouvé que le cinéma avait très bien adapté l’univers, contrairement à d’autres grands succès romanesques que je ne citerais pas…

 

 

4. Corner une page de son livre OU casser le dos.

Corner une page de mon livre. Parce qu’une page cornée, ça se verra moins, et ça pourra se corriger avec le temps. Un dos cassé l’est pour toujours… ! Et puis, entre nous, il m’arrive – très rarement – de corner quelques pages, quand je vois des coquilles ou de beaux passages et que je n’ai pas de marque-pages sous la main. Mais chut, vous n’avez rien lu. Je ne veux pas être vue comme un bourreau de livres… !

 

 

5. Un cliffhanger à la fin d’un premier tome et ne pas pouvoir lire le T2 avant 1 an OU un livre avec une fin ouverte qui n’aura jamais de suite.

Une fin ouverte ! Je préfère les one-shots de base, et j’adore les fins ouvertes. J’ai beaucoup de mal à prendre les cliffhangers au sérieux, je ne sais pas pourquoi ; je n’arrive pas à y adhérer, à m’attacher ainsi à l’histoire. Seule exception notable, La Passe-Miroir, de Christelle Dabos !

 

 

6. Un roman adapté en film/série OU un roman non adapté.

Un roman non adapté, pour plusieurs raisons : déjà, souvent les adaptations sont mal réalisées ; bien adapter un roman est un vrai défi fort dur à relever. De plus, j’apprécie de pouvoir construire moi-même le décor et les personnages dans ma petite tête de lectrice, sans savoir qu’il y a une version « matérielle » à côté que je pourrai découvrir ensuite.

 

 

7. Un livre génial avec une couverture moche OU un livre passable avec une couverture géniale.

Un livre génial avec une couverture moche, bien sûr, car peu m’importe la couverture généralement, je me fie davantage aux retours sur le livre parmi mes ami ou la blogosphère. Et puis s’il est génial, il aura certainement plusieurs éditions, et les suivantes seront peut-être plus belles…

 

 

8. Se faire spoiler un livre OU ne jamais avoir la suite.

Me faire spoiler, sans hésitation, pour une raison simple : quand on me spoile quelque chose, j’oublie ledit spoil. C’est-à-dire que je poursuis ma lecture/mon visionnage sans me souvenir que je connais déjà la fin. Et quand survient la fin, je me dis soudain que tiens, c’est bizarre, je sais déjà ce qui va se passer… Bref. Ne jamais avoir la suite équivaudrait à une fin ouverte, sauf qu’on sait parfaitement que d’autres auront eu la fin alors qu’on en est privé.

 

 

9. Ne jamais pouvoir parler d’un super livre OU ne lire que des livres nuls pendant 2 mois.

Ne jamais pouvoir parler d’un super livre ! Ne lire que des navets pendant 2 mois, c’est un coup à planter son moral… ! Même si je ne pouvais pas parler de ce livre fantastique, j’aurais la satisfaction personnelle d’avoir pu apprécier sa valeur.

 

 

10. Rencontrer un auteur que vous aimez pour qu’il vous parle de son prochaine livre OU pouvoir livre ce prochain livre un an avant tout le monde, sans rencontrer l’auteur.

Rencontrer cet auteur, sans hésiter ; car être certaine que je ne pourrai jamais rencontrer cet auteur m’attristerais énormément, surtout si je l’apprécie beaucoup. De toute manière, si j’aime cet auteur, je sais que j’achèterai son prochain roman dès sa sortie.

 

 

11. Faire une photo avec un auteur OU se faire dédicacer un livre par cet auteur.

La dédicace ! Même si souvent, j’ai l’occasion de faire la dédicace ET la photo au même moment. Mais même à choisir, je préfère la dédicace car souvent je n’aime pas ma tête sur les photos. Eh oui, je suis faite de ce bois susceptible ! De surcroît, comme c’est souvent lors de salons du Livre, je n’ai pas une tête très fraîche… Et pour moi, une dédicace est un meilleur souvenir de la rencontre ; j’en ai 60, des signatures d’auteurs, imaginez ! Et elles sont toutes différentes : des privates jokes, des clins d’œil aux bouquins en question, des rappels de salons du livre… C’est très précieux.

 

 

12. Lire une série géniale d’une traite sans plus jamais y avoir accès après OU attendre 2 ans entre chaque tome de cette série.

Attendre deux ans entre chaque tome. Je n’aime pas lire un livre tout en sachant que par la suite je n’y aurai plus jamais accès. Deux ans c’est beaucoup, mais si la série en vaut vraiment le coup, je suis prête à prendre mon mal en patience.

 

 

13. Un livre triste OU un livre qui fait peur.

Un livre qui fait peur ! Je n’aime pas les livres tristes, je n’arrive pas à y être sensible et je me sens un cœur de pierre, c’est affligeant. Et puis, un bon livre qui fait peur, c’est jubilatoire s’il est lu dans un bon contexte… Je suis encore traumatisée par ma lecture de Shining – L’enfant-lumière, de Stephen King.

 

 

14. Un livre avec un prologue OU un livre avec un épilogue.

Un livre avec un prologue : j’adore les prologues. Quand en plus, via ce prologue, on introduit les futurs méchants… J’adore, j’approuve ! Je peux facilement me passer d’un épilogue en revanche.

 

 

15. Ne pas pouvoir acheter de livres pendant 6 mois OU avoir une panne de lecture de 6 mois.

Ne pas pouvoir acheter de livres ; de toute manière, vu la taille de ma PAL, pareille restriction ne me ferait pas de mal. Une panne de lecture de 6 mois, ça doit être invivable. Déjà que j’ai du mal avec une panne de lecture d’une semaine…

 

 

 

Ainsi se termine ce challenge !

Ma version du tag Impossible, 2ème édition…

 

 

Amitiés,

Shishi et Chinmoku.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s