Un Monde pour Clara, de Jean-Luc Marcastel

 

Un Monde pour Clara, de Jean-Luc Marcastel

 

Mon résumé :

  Diane est une adolescente volontaire, qui vit dans un monde où la pollution se propage et où la catastrophe climatique devient une menace de plus en plus tangible. Des groupes d’écologistes plus ou moins radicaux se forment et tentent d’inverser la situation en faisant pression sur le gouvernement, sans succès.
  Diane et son ami Léo prennent part à une manifestation écologiste. Au cours de celle-ci, Diane est interviewée par une journaliste ; elle annonce alors agir pour un idéal, sa sœur jumelle Clara. Celle-ci est morte à quatorze ans d’un cancer de la thyroïde provoqué par un accident nucléaire. « Je me bats pour un monde… Un monde pour Clara. » Voilà ce qu’elle lâche à la caméra.
  Quelques minutes plus tard, Diane est tuée par une balle antiémeute, en direct sur les télés du monde entier.
 
  Dix ans passent, mais Diane a survécu : elle est miraculeusement restée dans un profond coma des années durant. Quand elle se réveille enfin, le monde qu’elle a connu n’existe plus. Sa société au bord de la ruine a laissé place à une époque nouvelle, où toutes les technologies sont écologiques, où les humains vivent en harmonie avec la nature. Diane est devenue, au moment de sa « mort », un symbole, le symbole de leur rébellion, celle qui de par son malheur a enfin motivé tout les peuples à s’unir pour faire changer les choses.
  Dix ans plus tard, le résultat est là. La nature n’est plus menacée. Diane est désormais l’Enfant de Gaïa, l’Aimée de Gaïa, leur muse à tous, et tout aurait dû aller pour le mieux aux côtés de son ami Léo, maintenant l’une des figures maîtresses de leur communauté.
  Seulement bien vite Diane découvre l’envers du décor. Toutes ces choses terribles qu’on lui a cachées et qu’a engendrées leur société novatrice. Restera-t-elle dans le rang ou fera-t-elle entendre sa voix, comme par le passé lors de cette ultime manifestation ?

 

 

Publié en 2013 aux éditions Hachette, collection Blackmoon. Format moyen, 346 pages.

Coût : 16,50€.

 

 

Une petite mise en bouche…

  Diane sentit un frisson courir dans son dos : c’est elle qui s’affichait à présent sur l’écran qui lui faisait face. Dans la robe printanière qu’elle portait ce matin-là, elle affirmait :
  – Je marche pour Clara.
  Elle retint un cri quand, avec une violence inouïe, quelque chose vient heurter cette Diana passée, propulsant sa tête en arrière. On la tuait sous ses yeux, comme on aurait tiré une biche. Elle se vit s’effondrer sur le pavé, foudroyée. Léo la prenait dans ses bras et la serrait contre lui, pour lui hurler de se réveiller, tenter de la ramener… Cette poupée désarticulée que le jeune colosse berçait comme une enfant, c’était elle.
  Avec un terrible et angoissant sentiment d’irréalité, elle assistait aux instants qui avaient suivi sa perte de conscience à travers cette caméra braquée sur ce Roméo étreignant contre lui sa Juliette.

 

 

 

Comment j’ai découvert Un monde pour Clara :

  En 2013 (mes aïeux, ça fait une paye !) j’ai rencontré Jean-Luc Marcastel chez Mollat – librairie bordelaise. La rencontre fut intéressante (si je me souviens bien) et mon exemplaire d’Un monde pour Clara est dédicacé de la plus belle des façons, avec un tampon en poussière dorée.

 

 

Mon verdict :

  Un Monde pour Clara est un roman qui ne laisse pas indifférent. C’est un roman qui marque de par son mélange de crédibilité et d’invention, de par cette alchimie subtile qui donne une dérangeante impression de réel.
  Bien que l’histoire du coma de Diane – qui a duré dix ans, tout de même – soit un peu poussée, le reste fait un peu peur… L’époque dans laquelle évoluent les héros au début de l’histoire ressemble beaucoup à la nôtre ; elle pourrait bien représenter notre futur dans quelques années seulement. Quant au monde dans lequel Diane se réveille… Les installations présentées par Léo sont idéales : elles consomment peu, donnent beaucoup, et sont en parfaite harmonie avec la nature, comme le prouvent les insectes et la verdure qui peuplent les villes. Sûr que l’autre face de la médaille fait plus mal, pourtant c’est un mal qui se justifie, et logique quand on y pense.
  Notre sens de l’éthique sera mis à rude épreuve : Diane et Léo pensent tous deux œuvrer pour le bien. Et leurs deux façons de faire sont compréhensibles… Y en a-t-il un qui a totalement raison et un autre qui a totalement tort, ou bien existe-t-il un juste milieu entre leurs idéaux ? Je pense que les avis divergeront selon les personnes, c’est une bonne idée de l’auteur. Il y a trop de romans jeunesse (Un monde pour Clara est-il un roman uniquement pour la jeunesse ?) dans lesquels le Bien/Mal gâche la réflexion du lecteur et son plaisir. Ici, tous seront surpris, cela peut donner lieu à des débats. Je pense que c’est l’atout majeur que j’ai trouvé à Un monde pour Clara, d’autant plus que je suis une très fervente opposante au manichéisme sous toutes ses formes.
Sans trop savoir pourquoi, je n’ai pas aimé Léo. Une attitude protectrice presque condescendante, même au tout début du roman : il est toujours en train « d’agir pour le bien de Diane » même quand elle n’est pas d’accord avec lui ou qu’elle essaye de cheminer seule. Sa personnalité m’a horripilée.
  Il n’y a pas grand-chose à dire sur l’écriture, sinon qu’elle est simple et efficace. Elle ne m’a pas particulièrement déplu, mais peut-être ai-je lu le roman depuis un peu trop longtemps pour m’en souvenir plus en détail.
  Mini mise en garde, présence dans le roman d’allusions au viol. Je n’en dit pas plus, mais que les sensibles sur le sujet passent leur chemin
Et bien sûr, je ne pouvais pas terminer cet article sans parler de la fin – sans vous spoiler néanmoins ! Pour ma part, je n’ai pas été entièrement satisfaite, mais l’auteur voulait laisser une grande place à l’imagination, au lecteur actif, alors j’imagine que c’est une fin adaptée. Nous avons dû être beaucoup à en redemander, je sais qu’on a parfois interrogé Jean-Luc Marcastel sur un éventuel tome 2, mais il n’a jamais vu le jour, heureusement je dirais, car les espoirs de certaines personnes auraient forcément été déçus.

 

 

Mes notes :

Le titre : 2/2
La mise en page : 2/3
Le langage : 3/4
La nature : 1/2
Le thème : 2/3
Le genre : 2/2
L’intrigue : 3/5
Les personnages : 2/3
Le style littéraire : 3/3
Le plaisir de la lecture : 3/3
 
Total : 23/30.
//petit rappel : à mon sens, ce n’est pas vraiment le total des points qui compte, mais plutôt les notes par catégorie : il est plus intéressant et instructif de noter à quel endroit le livre a perdu des points, et pourquoi.//

 

 

CQFD :

  Un monde pour Clara est un roman qui mêle subtilement utopie et dystopie, avec une pincée d’émotions en bonus. Pas exactement ma tasse de thé à la base, mais j’ai su l’apprécier.  C’est un roman qui invite à la réflexion, qu’elle soit sur l’écologie ou plus simplement sur le manichéisme (enfin j’espère ne pas être la seule à y accorder tant d’importance, à ce fichu manichéisme !). Il doit être intéressant d’en parler entre lecteurs, savoir quel camp a choisi l’autre, Diane ou Léo…
  Jean-Luc Marcastel a publié d’autres romans, que je n’ai pas lus, honte à moi, tels que Simulacre, Praërie, et Tellucidar tout dernièrement, aux éditions Scrinéo… Bon perso, je ne l’ai pas lu surtout parce que la couverture me rappelle celles des Chevaliers d’Emeraude, de quoi me coller des sueurs froides. Jean-Luc Marcastel aime transformer les mondes ou les recréer à sa sauce…
  C’est un auteur à la certaine renommée. Pas étonnant que ses romans soient de qualité.

 

 

Bonus :

Le site de Jean-Luc Marcastel
Le blog des Galufres, un site sympathique à intérêt culinaire, qu’il mène aux côtés de Lionel Marty et de Cécile Brosseau.

 

 

Amitiés,

Shishi et Chinmoku.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s