Chroniques lunaires, de Marissa Meyer

 

Salutations.

rr

Cet article est une chronique un peu spéciale ! En effet il s’agit d’une Lecture Commune, que je fais avec La Noble Demoiselle, du blog Crocbooks. Donc, je vais poster ici nos ressentis respectifs au fur et à mesure que nous avançons dans notre lecture, sachant que nous ferons une pause tous les dix chapitres pour plus d’efficacité.

Cinder est le premier tome des Chroniques Lunaires, une série somme toute assez connue et qui nous faisait de l’oeil depuis un moment. Pour ma part, j’ai fort hate d’entamer ma lecture…

rr

rr

Mon résumé :

  La Quatrième Guerre Mondiale s’est achevée il y a cent vingt-six ans, et depuis le monde vit en paix. Dans Néo-Beijing, capitale de la Communauté orientale de l’Union terrienne, se mêlent Terriens et Lunaires, humains et cyborgs. Cinder ne détonne pas dans pareil décor : à 36% composée de métal suite à un accident de la route qui aurait dû lui être fatal, elle a été amenée d’Europe à Néo-Beijing par un inventeur bienveillant et farfelu, Linh Garan. Sa mémoire a été endommagée lors de sa transformation en cyborg, et elle ne conserve aucun souvenir de sa vie passée.
  Garan est décédé peu après avoir recueilli Cinder, laissant la jeune fille sous la tutelle de sa belle-mère qui, manque de bol, a les cyborgs en horreur, comme une bonne partie de la population encore « humaine »… Cinder, au fil des ans, est devenue mécanicienne. Son travail est la seule source de revenus de sa famille, composée d’elle, de sa marâtre et de ses deux belles-sœurs. Le quotidien de la jeune cyborg n’est guère joyeux, mais elle garde espoir en se disant qu’une fois qu’elle sera majeure, elle se libérera enfin de sa famille adoptive.
  Les temps sont durs à Néo-Beijing. La létumose, une fièvre mortelle venue de la Lune, décime petit à petit les citadins. L’empereur lui-même se meurt, quand l’antidote de l’infection demeure inconnu. Les relations avec la Lune se dégradent : la reine lunaire, Levana, qui depuis des années déjà asservit son peuple, semble vouloir s’en prendre à la Terre.
  Cinder l’ignore encore, mais elle aura un rôle crucial à jouer lors du chaos politique et social qui s’annonce dans Néo-Beijing. Enfin un peu d’action va survenir dans sa vie miséreuse, pour le meilleur et pour le pire…

rr

rr

Une petite mise en bouche…

  Elle se sentirait trop mal à l’aise au bal. En admettant qu’elle se trouve des gants et des chaussures aptes à dissimuler ses monstruosités métalliques, ses cheveux ternes seraient difficiles à coiffer et elle serait nulle en matière de maquillage. Elle resterait assise au bord de la piste à se moquer des filles qui minauderaient autour du prince Kai, en faisant comme si elle n’était pas jalouse, comme si tout ça lui était parfaitement indifférent.
  Elle aurait quand même bien voulu goûter au buffet.
  Le prince la connaissait plus ou moins. Il s’était montré gentil au marché. Peut-être l’inviterait-il à danser ? Au moins par politesse, par galanterie, en la voyant toute seule dans son coin.
  Ce fantasme fragile se brisa aussi brusquement qu’il était apparu. C’était impossible. Mieux valait ne pas y penser.
  Elle était un cyborg et elle n’irait pas au bal.

rr

rr

Série en 4 tomes, terminée. 3 autres romans sont sortis, dans le même univers, et content des histoires-bonus sur certains personnages. Une initiative que j’approuve grandement parce qu’ils ont l’air intéressants ! Tous les livres sont au grand format. Cinder = 412 pages.

Coût : 17,90 €.

rr

rr

Banque d'images 1

rr

Banque d'images 1

rr

Cress

rr

 Et, désormais que La Noble Demoiselle et moi avons achevé Cinder, voici nos ressentis, que nous avons échangé au fur et à mesure que nous avancions dans notre lecture !

rr

Parvenues au chapitre 10 :

La Noble Demoiselle :

J’aime beaucoup l’idée de base. J’espère que par la suite, l’histoire ne va pas se centrer sur la romance avec le « Prince « . Mais pour l’instant les chapitres sont courts, ils comptent pas mal de révélations à chaque fois et l’écriture est simple et agréable à lire pour le moment.

Chinmoku :

Pour l’instant, je suis addict. Tout me plaît dans ce roman. L’univers est atypique, réfléchi, les personnages me fascinent. Les rapports au conte de Cendrillon se limitent à quelques clins d’œil ou à des parallélismes avec l’intrigue du roman, mais je pense que cela va aller crescendo. Et on a déjà eu droit à quelques allusions à Blanche-Neige, voilà qui allèche ! Je comprends mieux l’engouement pour cette série, je l’ai sous-estimée.

rr

rr

Parvenues au chapitre 20 :

La Noble Demoiselle :

Je trouve que l’histoire est cohérente. On en apprend ici davantage sur le passé des personnages et les peuples qui vivent autour de la Terre. Je suis agréablement surprise car le Prince Kai est attachant et plus humain que les figurines royales que l’on retrouve souvent en litterature jeunesse. Je suis impatiente de découvrir la suite.

Chinmoku :

  Ma lecture se poursuit très agréablement. Les révélations s’enchaînent à un rythme appréciable mais pas trop soutenu, pile assez pour conserver l’attention du lecteur. Dans le chapitre 19 est d’ailleurs survenu un nouveau rebondissement qui m’a beaucoup plu. Comme j’ai arrêté ma lecture juste après, j’espère qu’il sera bien utilisé, parce qu’e je le trouve très prometteur.

rr

rr

Parvenues au chapitre 30 :

La Noble Demoiselle :

L’ensemble se lit très vite. Je ne pensais pas accrocher avec l’univers futuriste vu que ce n’est absolument pas ma tasse de thé mais je dois reconnaître que ce livre est une belle surprise.
 rr

Chinmoku :

La tension monte et c’est très agréable. Certains personnages sont pris dans des situations qui semblent insolubles et j’ai hâte de voir comment l’auteure va se débrouiller pour tourner son affaire. Je soupçonne grandement un certain retournement de situation, mais j’espère vraiment qu’il ne s’avèrera pas juste, parce que ce serait beaucoup trop facile.

rr

rr

Parvenues à la fin :

La Noble Demoiselle :

Malheureusement après lecture complète, je ne garde en tête que la déception d’une fin trop prévisible.

Chinmoku :

Un final grandiose, à la hauteur des attentes qui sont entretenues tout au long du livre. Ma lecture des derniers chapitres m’a remplie d’adrénaline, et c’est rare ! Le dénouement est sublime, admirablement mis en scène, un travail en or. Entre le respect du conte de Cendrillon et une innovation certaine pour détourner ses normes… Chapeau. Le cliffhanger du dernier chapitre (bon je l’avais bien prévu par contre…) allèche suffisamment pour me donner la forte envie de me procurer au plus vite le tome 2.

rr

rr

Mon verdict :

  Mon avis général transparaît dans mes ressentis ci-dessus : un excellent remake du conte de Cendrillon (la scène du bal est épique, c’est ma préférée…), une intrigue bien gérée qui ne laisse presque aucun temps mort. En effet, même dans les scènes comptant peu d’action, les enjeux psychologiques sont retranscrits de manière à ce que le lecteur reste pris dans le rythme. Très beaux enjeux psychologiques par ailleurs : c’est sûrement grâce à eux que Kaito, le prince de la Communauté orientale, m’a tant plu. Il est même devenu mon personnage préféré, alors qu’il était plutôt mal parti. Il a un poids conséquent à supporter sur ses épaules d’héritier du trône, et la tension qu’il ressent face aux insolubles situations qu’on lui demande de résoudre est subtilement transmise au lecteur. Quand nous suivons les événements de son point de vue, sa détresse est palpable, mais quand le point de vue est externe à ses pensées, il donne le change pour ne pas dévoiler ses faiblesses. J’ai donc adoré la dimension géopolitique du roman qui, à défaut d’être complètement réaliste, a au moins le mérite d’efficacement nous tenir en haleine.
  Concernant l’univers, chapeau. Nous évoluons dans un monde futuriste et suffisamment travaillé pour presque nous paraître réaliste. J’ai complètement adhéré au mélange de technologie et de tradition : entre les puces ID incrustées au poignet, les robots, et les architectures époustouflantes, les styles vestimentaires qui rappellent notre époque sans paraître déplacés… Le mélange est super.
  Le plus mauvais point du livre, selon moi, est sans nul doute son retournement de situation final, que a Noble Demoiselle et moi avons pu prévoir dès la moitié de notre lecture. Ce n’est pas une mauvaise idée, mais elle aurait pu être mieux amenée : il est très facile de deviner comment cela va se terminer, par simple logique, parce qu’aucune situation alternative n’est envisageable. Le lecteur n’a qu’une seule hypothèse à formuler pour tenter de trouver le fin mot et l’histoire et, manque de bol, cette unique hypothèse est bien celle qui nous attend dans les dernières pages…
  J’ai, comme d’habitude, une légère réserve supplémentaire quant à l’histoire d’amour qui se tisse dans Cinder. Mais elle est légère, notez bien. J’ai su apprécier le roman malgré tout.
 rr

rr

Mes notes :

Le titre : 2/2
La mise en page : 2/3
Le langage : 3/4
La nature : 2/2
Le thème : 3/3
Le genre : 2/2
L’intrigue : 3/5
Les personnages : 2/3
Le style littéraire : 2/3
Le plaisir de la lecture : 3/3
Total : 24/30.
//petit rappel : à mon sens, ce n’est pas vraiment le total des points qui compte, mais plutôt les notes par catégorie : il est plus intéressant et instructif de noter à quel endroit le livre a perdu des points, et pourquoi.//

rr

rr

J’ai lu Scarlet, le tome 2 des Chroniques lunaires

  On m’avait dit que le tome 2 était presque meilleur que le 1. Pour ma part, je préfère toujours le premier, mais le deuxième livre a été à la hauteur de mes attentes. C’est simple, je l’ai dévoré en moins de 24 heures, et ça m’a fait plaisir de retrouver un tel appétit dans ma lecture, quand ces derniers temps mon rythme avait considérablement ralenti.
L’action est toujours au rendez-vous, et même si j’ai moins apprécié Scaret et Loup par rapport à Cinder et Kai, j’ai quand même adhéré au remake du Petit Chaperon Rouge qui sert d’intrigue principale à Scarlet.
Je ne vous cache pas que je vais rapidement me procurer le tome 3…

rr

rr

J’ai lu Cress, le tome 3 des Chroniques lunaires

  Que dire sans me répéter ? J’aime toujours autant cette série. De nouveaux personnages entrent sur la scène et certains, apparus trop brièvement dans le tome 2, sont enfin approfondis. Aucun protagoniste n’est exempt de défauts et leur réalisme est confondant. De l’action à foison, une micro-réserve sur l’intrigue en binôme de Cress et Thorne, mais plus globalement une suite à la hauteur des attentes des lecteurs. Plus qu’à me procurer le quatrième et dernier tome, ce que je risque de faire sans tarder.

rr

rr

J’ai lu Levana, le tome 3.5 des Chroniques lunaires

Levana est un intermédiaire entre le tome 3 et le dernier tome ; il raconte l’histoire de Levana, la reine de la Lune, et approfondit son passé, fort mystérieux. Il prépare aussi l’arrivée de l’ultime protagoniste, Winter, qui apparaît brièvement à la fin de Cress. Je trouve un peu dommage de dramatiser le personnage de Levana alors que jusqu’ici elle apparaissait comme foncièrement mauvaise ; ça m’a un peu fait penser au très, très mauvais remake de l’histoire de Maléfique, la sorcièce de « La Belle au Bois Dormant ». Heureusmeent, Levana conserve quelques défauts qui certes, la sauveront de l’oubli, mais qui contribueront aussi à sa lente déchéance au fur et à mesure qu’elle grandit. Levana creusa sa propre tombe dès lors qu’elle fit certains choix dans son adolescence, et ce côté-là de son histoire est bien géré, malgré donc un aspect un peu trop dramatisant.
  On pourrait – et on n’aurait guère tort – qualifier ce tome 3.5 de démarche commerciale, néanmoins je pense qu’il a son utilité dans la saga et que, même s’il a été écrit dans un but commercial, il dessert positivement l’histoire des Chroniques lunaires.
rr

rr

CQFD :

J’ai adoré cette Lecture Commune et il me semble que La Noble Demoiselle aussi. Ce fut une très bonne occasion d’apprendre à se connaître, et j’espère que nous pourrons remettre ça si nos PAL venaient à se trouver de nouvelles similitudes !
J’ai grandement sous-estimé Cinder : je l’ai pris pour un roman banal qui aurait fait grand bruit dans le milieu du Young Adult (il y en a tant !) sans pouvoir répondre à mes critères de lecture. Je me suis trompée. Cette série s’annonce fort originale et je la suivrai volontiers. De plus, le dernier tome vient de sortir. Pour tout vous dire, je vais emprunter le tome 2 dès samedi dans l’une des bibliothèques que je fréquente…

rr

rr

Bonus :

La Noble Demoiselle parle de Cinder sur le blog Crocbooks. Allez donc voir sa chronique !
 rr

rr

Amitiés,

Shishi et Chinmoku.

Publicités

4 commentaires sur “Chroniques lunaires, de Marissa Meyer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s