Les péripéties de Chinmoku… en Espagne !

 

Salutations !

 

Du 6 au 14 février 2016, je suis partie en voyage scolaire : j’étais à Madrid, la capitale espagnole. Je vais vous conter les péripéties littéraires de mon séjour.

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

 

La petite histoire :

J’ai été accueillie, pendant cette semaine, dans une famille espagnole très très gentille, vraiment ; je pense que je n’aurais pas pu tomber sur meilleurs personnes. J’ai ainsi une correspondante espagnole, qui viendra chez moi début avril. Un échange instructif pour apprivoiser la langue l’une de l’autre !
Ma correspondante adore lire, comme moi, et elle écrit et dessine très bien aussi. Une artiste. On s’entend super bien. Elle avait des étagères, remplies de romans de littérature de l’imaginaire… ! J’en ai reconnu certains, traduits du français ou de l’anglais, comme les séries A comme Association ou Oksa Pollock.
Comme le père de ma correspondante est chroniqueur culturel à la radio, il connaissait énormément de choses sur les monuments de Madrid, les personnalités espagnoles ou même les écrivains, cinéastes, dramaturges classiques… Nos sorties furent très intéressantes car il nous abreuvait d’anecdotes sur tout ce que nous voyions dans la ville. Voici quelques photos de ce que nous avons vu :

 

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !La librairie d’une ville appelée Alcala, qui mettait la saga Harry Potter à l’honneur…

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

 

 

 

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !
La « maison de Cervantès », l’ancienne demeure d’un célèbre écrivain espagnol (l’auteur du diptyque Don Quichotte, un classique). Ci-dessus vous pouvez voir son bureau, et l’annonce publicitaire pour la visite. El retablo de las maravillas était une exposition en bande dessinée de l’une des oeuvres de Miguel de Cervantès, présente elle aussi dans la maison.

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

 

 

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !
Sous vos yeux ébahis, la bibliothèque nationale d’Espagne ! Je ne peux pas mettre toutes mes photos faute de place, mais c’est vraiment un bâtiment impressionnant. J’étais fort déçue de ne pas pouvoir y rentrer…!

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

 

 

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !
Une jolie bibliothèque vue à côté du musée Reina Sofia à Madrid. Elle était souterraine (vous pouvez voir la rue en haut), et l’ambiance doit y être particulièrement agréable… Je suis une amoureuse des belles bibliothèques. J’aurais donné cher pour pouvoir me reposer un peu dans celle-ci, avec ses lumières chaudes et ses belles étagères si méthodiquement éclairées…

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

 

 

 

Et maintenant, voici les étagères de ma correspondante ; je n’ai pas résisté, elles étaient trop belles, il fallait que j’en garde des images. Voyez ces beaux romans espagnols ! Peut-être pourrez-vous reconnaître quelques titres… Si vous avez un doute ou si vous voulez une plus ample précision quant à l’un de ces ouvrages, demandez-le-moi en commentaire !

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !
La majorité de ces livres sont de Laura Gallego García, mon auteure espagnole préférée. 
 

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !
Voici les Harry Potter, les tomes 6 et 7, tout à gauche ; ils ont des jaquettes et des couvertures rigides, j’adore. Ensuite, en jaune, il y a la trilogie Coeur d’encre de Cornelia Funke, en espagnol donc !
 

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !
La fameuse trilogie Hunger Games, les premiers tomes de la géniale série A comme Association, puis la bien connue saga La Guerre des Clans, d’Erin Hunter.
 

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !
Les trois gros pavés sont les romans Le Trône de Fer, de George R.R. Martin (davantage connus pour la série Games of Thrones, qui à ce jour compte… cinq saisons !). Je connais mal les deux suivants, mais ce sont les coups de coeur de ma correspondante (je lui ai ainsi appris le terme « coup de coeur », qui n’existe pas en espagnol). J’ignore si ces romans furent traduits en français, mais si c’est le cas j’essaierai d’en savoir plus sur eux !

 

 

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !
Enfin voici les deux premiers Oksa Pollock traduits en espagnol ! Les couvertures sont très jolies, assez semblables aux françaises.

Les péripéties de Chinmoku... en Espagne !

 

 

Pour finir en beauté, je vais parler un peu des différences curieuses entre les livres français et espagnols. Ce n’est vraiment pas grand-chose, deux-trois trucs que j’ai notés par hasard, mais j’ai pensé que ça pourrait vous intéresser, comme anecdotes.
Ce que je présente ici, ce sont de simples hypothèses que j’ai échafaudées, rien d’officiel ni que j’aie cherché à prouver. Ne le prenez pas pour argent comptant si vous doutez de mes affirmations !
 
  Les livres espagnols – les romans jeunesse en tout cas – se différencient des français par deux points : leur titre et leur couverture.
  En espagnol, les titres étrangers, états-uniens par exemple, sont quasi systématiquement traduits. Ainsi, Hunger Games devient Les jeux de la faim, Games of Thrones devient Chanson de glace et de feu, Twilight devient Crépuscule, et cætera. Je trouve plus judicieux de traduire les titres, même si ça fait bizarre de voir les best-sellers avec des noms si différents (genre Chanson de glace et de feu, c’est vraiment particulier).
  Ensuite, les couvertures. Ce n’est pas systématique, ça dépend des maisons d’éditions, mais certaines publient des livres avec une couverture rigide. Oui, ce que nous appelons les « versions originales », car il n’y en a pas en France, ou alors elles sont si rares qu’on les connaît très mal… Ces couvertures sont donc plus épaisses, ne se plient pas, les livres sont super beaux, et bien souvent les illustrations de couverture sont aussi plus belles. En somme, l’objet livre a bien plus la place, ça fait un peu ancien, c’est stylé. Je suis restée obsédée par les couvertures rigides tout mon séjour, c’est dire ; c’est que ma correspondante espagnole a des étagères remplies de livres, alors j’ai passé pas mal de temps à déchiffrer les titres en espagnol et à m’extasier devant les formats rigides.

 

 

CQFD :

En somme, ce fut un super voyage, tant sur le plan de mes progrès en espagnol et des activités obligatoires que sur le plan littéraire, car j’ai pu découvrir beaucoup de choses sur la littérature espagnole.
J’ai acquis pas mal de livres lors de ce voyage. Je ne les présente pas ici car je n’ai plus de place pour les photos, mais de toute manière ils seront mentionnés dans mon Book Haul de février 2016.
J’espère que ce petit article bonus vous aura plu. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques et impressions si vous en avez !

 

Amitiés,

Shishi et Chinmoku.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s