Keleana, de Sarah J. Maas

 

Keleana, de Sarah J. Maas

 

 

Mon résumé :

  Keleana est l’assassineuse la plus connue de tout le royaume d’Adarlan. La magie est prohibée sur ces terres tyranniques, et seule la Guilde des Assassins s’oppose encore à son dirigeant. Il y a un an, Keleana a été trahie et capturée par les autorités royales. Elle fut condamnée à une peine à vie dans les terribles mines de sel d’Endovier. Chaque matin, à son réveil présageant une nouvelle journée de souffrance, elle se répète : « Je n’aurai pas peur. »
  Mais ce matin-là, un homme cagoulé vient la chercher à son poste et l’amène dans le bâtiment des chefs d’Endovier, pour une entrevue un peu particulière face au prince héritier d’Adarlan…
  Un marché lui est proposé : le roi d’Adarlan se cherche un champion. S’affronteront dans un sanglant tournoi les vingt-trois meilleurs guerriers du royaume. Keleana est choisie par le prince pour le représenter contre les élus des autres conseillers du roi. Si elle gagne ce tournoi, elle restera quatre ans au service du roi, puis recouvrera sa liberté. Si elle refuse, elle continuera de purger sa peine à Endovier… jusqu’à sa mort. Le choix est vite fait : Keleana s’apprête à se battre pour devenir le champion de l’homme qu’elle hait le plus au monde.
  Mais bien vite le tournoi prend des tournants inattendus : plusieurs concurrents périssent de morts mystérieuses, inexpliquées… D’étranges forces se mêlent à la compétition, et Keleana craint de plus en plus pour sa vie.
  Ses troubles sont en outre accrus par l’attirance que ressentent à son égard le prince héritier d’Adarlan et Chaol, son capitaine des gardes… A qui se fier ?

 

 

Publié aux éditions La Martinière Jeunesse. Tome 1 = 503 pages. Tome 2 = 507 pages. Tome 3 = 524 pages. Gros format.

Coût : 16 € pour le tome 1, 19 € pour le tome 2, 21 € pour le tome 3. Pour sûr, ils s’embêtent pas.

 

 

Comment j’ai découvert Keleana :

  J’ai participé, pleine d’espoir, à un concours proposé dans un magazine pour recevoir un exemplaire du tome 1 ! Je l’ai reçu longtemps après et je n’y pensais plus du tout… Sacrée surprise… Perci aux éditions La Martinière qui m’ont fait découvrir ce chef-d’oeuvre, même si elles l’ignorent !

 

 

Mon verdict :

  Bien que n’étant à la base pas fan de ce genre de fantasy, trop « bateau » à mon goût, je dois avouer que j’ai vraiment aimé ce tome 1. Je pense que le personnage de Keleana y est pour beaucoup : charismatique et sarcastique, elle est très dangereuse, pas née de la dernière pluie… Une héroïne désabusée à laquelle on ne s’identifie peut-être pas, mais qui nous fait bien rire tout au long de la lecture. Certains la disent Mary Sue, mais personnellement je n’ai pas fait assez attention pour avoir un avis tranché. Les personnages en général ne brillent pas par leur originalité, mais ils sont dépeints avec une certaine touche d’humour par l’auteure, ce qui les rend plus attirants. J’ai aimé le personnage de Dorian – le prince héritier – pour sa nonchalance, son charisme, semblable à celui de Keleana. Un côté enfant gâté dont s’amuse notre assassineuse, et nous par la même occasion. Les dialogues entre Dorian, Chaol et Keleana sont toujours frais et bien souvent plein d’humour. J’espère que ce n’est pas du fait de la traduction, que l’auteure a vraiment eu seule ces idées, mais le contraire est à mon avis peu probable.
L’univers présenté est, comme je l’ai dit un peu plus haut, plutôt cliché, un peu  à la Assassin’s Creed. Il y a des tavernes moyen-âgeuses, des assassins plein les rues et les toits, des souverins tyranniques, des modes vestimentaires carrément classes (il n’y a qu’à voir les robes de Keleana) ; et cela côtoie des architectures superbes (par exemple, le palais du roi d’Adarlan) qui font un peu plus modernes. Un monde qui mêle traditions antiques, maies et religions élaborées. Le mélange qui fait plaisir.
  Enfin, il y a un côté – à mon avis ! – négatif : le triangle amoureux. Même si je dois avouer que celui-ci, contrairement à d’autres séries, ne parasite pas vraiment l’histoire. On alterne donc les entrevues classiques entre l’héroïne et ses deux prétendants avec les épreuves du tournoi ou l’enquête de Keleana sur ses mystérieux ennemis. Le tout est bien dosé, mais je reste peu friande de ce genre d’histoire d’amour, et surtout à mon avis elle choisit le mauvais garçon à la fin, d’où ma réserve… Mais je ne spoile pas ! Les deux couples proposés sont alléchants, et les personnages concernés n’ont pas du tout la naïveté amoureuse que j’ai haïe, notamment, dans Le Livre de Saskia… Chut je n’ai rien dit. Leur triangle amoureux est alambiqué, charmeur, à l’image de la série. Une réserve très légère donc.
 
Précisions apportées après ma lecture du tome 2, La Reine sans couronne
  Au début de ma lecture, je me disais qu’il n’était peut-être pas à la hauteur du tome 1, mais il est en fait tout aussi prenant… Une véritable oasis dans le désert de la tristement connue  littérature américaine, drôle, haletant… On ne comprend le titre du tome 2 que dans le dernier chapitre, et quelle révélation c’est… ! Quand on y pense, c’était un tantinet prévisible… mais encore une fois, c’est amené de manière à ce qu’on soit surpris de toute façon… J’ai adoré, et j’attends la sortie du tome 3 avec une impatience terrible. Je suis complètement accro.
 
Précisions apportées après ma lecture du tome 3, L’Héritière du feu 
Ce tome 3 est encore mieux que les autres ! Les protagonistes se séparent et on les suit un à un, chapitre par chapitre. Quelques autres surviennent, pour notre plus grand plaisir, et désormais que presque tous les voiles sont levés on entre vraiment dans l’action. Je viens d’apprendre, ô surprise, qu’il y aura en fait… 6 tomes !! C’est beaucoup beaucoup ! Mais je suis tellement fan de la série que je la suivrai jusqu’au bout sauf déception soudaine, foi de Chinmoku.

 

 

Mes notes :

Le titre : 1/2
La mise en page : 3/3
Le langage : 4/4 
La nature : 2/2
Le thème : 3/3
Le genre : 2/2
L’intrigue : 4/5
Les personnages : 2/3
 Le style littéraire : 3/3
Le plaisir de la lecture : 3/3
 
Total : 27/30. Un bon score.
//petit rappel : à mon sens, ce n’est pas vraiment le total des points qui compte, mais plutôt les notes par catégorie : il est plus intéressant et instructif de noter à quel endroit le livre a perdu des points, et pourquoi.//

 

 

CQFD :

  Sarah J. Maas tourne les clichés à sa sauce, si bien qu’on n’y voie que du feu, et qu’on applaudit à tour de bras. Je sais que la série a une réputation plutôt mitigée, mais je crois que cela tient surtout au tome 1, qui est moins bon que les autres.

 

 

Amitiés,

Shishi et Chinmoku.

 

Publicités

2 commentaires sur “Keleana, de Sarah J. Maas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s