Doregon, de Carina Rozenfeld

Bal d'Halloween

Mon résumé : 

  Mia est une jeune femme belle et enjouée, étudiante aux Beaux-Arts. C’est une peintre talentueuse, qui depuis toujours fait naître sur sa toile une terre imaginaire, toute de beauté et de couleurs, qu’elle a nommée Doregon. Elle a un frère aîné, Moone, qui l’adore et la protège. Ils entretiennent une relation sans le moindre nuage. Mia est de ces chanceux à qui tout sourit dans la vie… Moone est un photographe un peu particulier : ses photos, bien que superbes, sont systématiquement détentrices d’une note sombre, triste, sous forme d’images subliminales, que l’on ne retrouve que chez lui ; sa signature en quelque sorte, grâce à une utilisation optimale et jamais abusive d’un logiciel de retouche numérique. Une exposition autour de ses œuvres est organisée ; il y installe également quelques-unes des peintures de sa sœur pour l’aider à se faire connaître. A cette occasion, Mia fait la rencontre d’un étrange vieil homme, Garmon ; il lui confie « le Secret ». Le Secret est un pouvoir extraordinaire : il permet à Mia de voyager en Doregon, l’univers qu’elle croyait avoir inventé. Doregon est le carrefour entre la réalité et tous les mondes jamais inventés par les êtres humains : les univers secrets des écrivains, des cinéastes… Mia devient la Gardienne de Doregon : elle est chargée de surveiller le Couloir des Tableaux, dans lequel sont ouverts tous ces passages, et de fermer à jamais les mondes jugés trop dangereux pour être visitables. Et ça continue, tout lui sourit dans la vie ! Elle découvre peu à peu toutes les merveilles de Doregon, les évanescents lymbiotes, fait découvrir Doregon à Josh, son amoureux, et enfin à Moone, son cher frère… C’est alors que tout dérape. Moone est bien déterminé à s’emparer du Secret pour créer son propre monde, au détriment des autres. La vie de Mia tourne alors au cauchemar… 

 

 

Publié aux éditions de l’Atalante Jeunesse. Tome 1 = nombre de pages inconnu ! Tome 2 = 219 pages. Tome 3 = 250 pages. Format moyen. 

Coût : Inconnu… 

 

 

Mon verdict : 

  Ouille, ma douleur ! Un manichéisme lumière/ténèbres comme je les hais, omniprésent, sur lequel Carina insiste, insiste, surtout dans le tome 3… Mais elle se débrouille pour que, sans prendre de recul, la chose passe comme une lettre à la poste, et que même les opposants au genre comme moi se retrouve angoissés par les diaboliques forces des ombres et leurs terribles pouvoirs… 
  Enfin, Doregon reste pour moi la meilleure de ses œuvres ! Une très belle écriture, comme toujours avec Carina. On est beaucoup dans les pensées du narrateur plutôt que dans l’action directe ; point positif ou négatif ? J’aurais tendance à dire négatif, mais l’auteure le manie bien et les longs monologues mentaux ne pèsent pas trop. 
  Autre point négatif, le fait que les protagonistes voyagent dans les lignes du temps. Conséquence, on « revit » plusieurs fois les mêmes événements, à savoir l’exposition des œuvres de Moone et de Mia, sa rencontre avec Josh, et la découverte de Doregon. Certes, chaque fois avec un nouveau point de vue, mais une certaine répétition est inévitable avec ce mode de fonctionnement et c’est regrettable… Sans compter que si on ne lit pas les trois tomes à la suite on finit complètement perdu. Dans telle version de l’histoire, quels sont les changements par rapport aux autres ? Que s’est-il passé dans le tome précédent qui transforme du coup telle scène ? Alambiqué, il ne faut pas hésiter à aller chercher les autres tomes sur son étagère pour ne pas être largué. Moi personnellement, j’ai rapidement abandonné. Je prenais les événements comme ils arrivaient sans me poser de questions superflues, vu que j’étais, du point de vue des lignes du temps, complètement paumée. 
Mais heureusement, il y a Moone… *soupir de fangirl* 
C’est un personnage merveilleux, complexe et lunatique au possible, mais je ne peux pas trop en dire sous peine de spoiler toute l’histoire… Disons, pour ceux qui connaissent le terme, que c’est un parfait yandere. Un charisme de fou, une classe à toute épreuve, même dans ses… « pires moments », c’est jubilatoire.  

 

 

  Mes notes : 

  Le titre : 2/2 
  La mise en page : 3/3 
  Le langage : 4/4 
  La nature : 1/2 
  Le thème : 3/3 
  Le genre : 2/2 
  L’intrigue : 3/5 
  Les personnages : 3/3 
  Le style littéraire : 3/3 
  Le plaisir de la lecture : 2/3 
  
  Total : 26/30. 
//petit rappel : à mon sens, ce n’est pas vraiment le total des points qui compte, mais plutôt les notes par catégorie : il est plus intéressant et instructif de noter à quel endroit le livre a perdu des points, et pourquoi.// 

  

 

CQFD : 

  Un bilan mitigé pour Doregon, mais cela reste une série enchanteresse, bien faite, à lire surtout si on ne connaît pas encore Carina Rozenfeld… 

Bonus :

Le site de Carina Rozenfeld !

 

Amitiés,

Shishi et Chinmoku.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s