Black Clover, de Yûki Tabata

Salutations.

rr

rr

Black Clover

 

rr
Mon résumé :

  Le royaume dans lequel vit le jeune Asta est régi par la magie : à quinze ans, tous les adolescents obtiennent leur grimoire, qui leur permettra de perfectionner leur usage de la magie : lancer des sorts, se battre, faciliter leur vie quotidienne… Aucun grimoire ne se ressemble : grand ou format poche, fin ou très épais, ils dépendent entièrement de leur propriétaire.
  Asta vit dans une paroisse, devant laquelle on l’a déposé alors qu’il n’était encore qu’un bébé. Malheureusement pour lui, il a beau s’entraîner depuis ses petites années, il n’a pas une once de magie à utiliser ! Alors que Yuno, arrivé à l’orphelinat exactement le même jour que lui, a déjà des allures de prodige, Asta s’avère toujours incapable de produire la moindre étincelle. Pourtant, les deux garçons se sont fait une promesse : l’un d’eux deviendra le prochain Empereur-mage, c’est-à-dire le souverain de leur royaume, le plus puissant magicien existant… et Asta n’a pas l’intention de se faire distancer par son frère de cœur.
  « Chaque feuille du trèfle représente une vertu. Les trois premières sont pour l’Espérance, la Foi et la Charité. La quatrième est pour la Chance. Mais dans la cinquième réside le Démon. » Cette maxime ne risque pas de porter chance à Asta : alors que Yuno obtient un grimoire comportant quatre feuilles de trèfle, fait rarissime et d’excellent augure, celui d’Asta a cinq feuilles… et des propriétés très particulières qui lui apporteront plus d’ennuis que de bienfaits. Alors que les deux frères postulent au statut de Chevalier-Mage, premier échelon à gravir pour devenir Empereur, Asta va attirer l’attention d’un recruteur de Compagnie particulier, celui de la Compagnie du Taureau Noir, qui lui en fera voir des vertes et des pas mûres…

rr

Black Clover

 rr

rr

Manga publié à partir de 2015 en France et au Japon. 6 tomes parus à ce jour, série en cours. Format poche – manga.

Coût : 6,79€ (le tome 1).

 rr

rr

Comment j’ai découvert Black Clover :

  J’ai acheté le premier tome de la série lors de l’événement des 48h de la BD : pour deux jours seulement, une sélection de BDs et de mangas est mise en vente partout en France à 2€ l’exemplaire. Black Clover a fait partie de la sélection d’avril 2017. Mais je connaissais ce titre de nom : sa maison d’éditions fait pas mal de promotion autour.

 rr

rr

Black Clover

rr

Mon verdict :

  Au moment où je rédige cette chronique, je n’ai lu que le premier tome de Black Clover. Ce manga a relativement fait parler de lui ces derniers mois : pas comme un manga d’exception qui innove en la matière, sinon comme un bon shônen supplémentaire tout droit importé du Japon.
  Dans Black Clover se retrouvent les éléments typiques d’un shônen classique : un héros tête-à-claques borné et un peu bêta, réputé complètement nul dans le domaine de prédilection de tous les jeunes de son âge ; il parviendra rapidement à montrer que sous son apparente faiblesse se cache en réalité une force légendaire et insoupçonnée. Ici, Asta dispose également d’un rival, alias Yuno, son frère de cœur ; ledit rival surdoué, qu’on a bien du mal à comparer au héros. Le duo est vu et revu mais fonctionne toujours : Yuno est élégant pour deux, quand Asta enchaîne les bêtises et s’attire le courroux de tous ses supérieurs. Ils sont si différents l’un de l’autre qu’ils se complètent ; tantôt en compétition ou en plein élan de complicité, ils font des protagonistes idéaux pour Black Clover. Je reproche uniquement la naïveté d’Asta qui va souvent au-delà du raisonnable : il clame ses rêves à chaque occasion et si le phénomène ne détonne pas dans un shônen, l’insistance qui est faite dessus dans Black Clover devient vite dérangeante. J’espère que ce n’était qu’une façon peu subtile de nous faire découvrir le caractère d’Asta et que l’auteur insistera moins sur ses aspirations à devenir Empereur-Mage dans les tomes à venir.
  La magie de l’univers du manga – univers qui n’a d’ailleurs pas de nom – se limite pour l’instant à son moyen de diffusion, c’est-à-dire le grimoire. Facultatif à l’emploi de la magie, il est néanmoins nécessaire à l’élaboration de sorts allant au-delà d’une utilisation instinctive. Le concept du trèfle à cinq feuilles est pour le moment à peine esquissé, mentionné par les protagonistes sans explications ou par la voix off du manga. Au moins tous les enjeux de l’histoire ne se révèlent-ils pas immédiatement. J’apprécie que ce point en particulier, crucial pour ce qu’on devine déjà sur les pouvoirs de Yuno, reste encore un peu dans l’ombre. Le background en général s’avère assez basique, quoiqu’original dans sa construction. Le décor est planté dès les premières pages par la voix off : dans les shônen de fantasy, on s’embarrasse rarement d’une longue exposition pour ne pas faire languir son lecteur.
  Les Compagnies de chevaliers-mages me rappellent un peu les guildes de Fairy Tail par certains aspects généraux : chacune d’entre elle a une spécialité propre, et surtout, celle du Taureau Noir a tout à voir avec la guilde Fairy Tail. Assez classique dans les mangas, finalement : l’équipe amatrice de castagne, que toutes ses consœurs voient surtout comme un rassemblement d’imbéciles heureux ? ça marche à tous les coups. En plus de passer leur temps à se mettre mutuellement dessus, les membres du Taureau Noir collectionnent les faiblesses magiques de tous poils, l’idéal pour notre Asta. Poke à Noelle (le nom doit paraître original en japonais, mais en français mes aïeux…), qui semble prometteuse comme protagoniste féminin, malgré quelques clichés physiques qu’on pardonnera au manga pour le travail sur son caractère.

Black Clover

  Côté dessin, pas grand-chose à dire. Le trait est suffisamment souple pour différencier aisément les designs des personnages et les scènes d’action sont soignées, quoique parfois un peu dures à saisir dans les moindres détails. L’auteur apporte un soin particulier aux décors : châteaux, nœuds de bois ou fissures dans les pierres, l’architecture est à l’honneur. Un point important pour un manga très axé culture médiévale.
  Comme je le souligne plus haut, le charadesign est soigné ; pas par son originalité, mais par les différences physiques créées entre les personnages pour éviter les confusions ; dans les shôjos par exemple, les physiques des personnages ont souvent suffisamment de points communs pour devenir facilement interchangeables par un lecteur pas assez attentif. Ici, à quelques exceptions près (Luck et Gray notamment), tous ont des traits de styles différents – j’ai souvent du mal à reconnaître les protagonistes d’un manga longtemps après ma lecture, alors j’aime quand ceux-ci ont ce genre de spécificités. De même, si certains caractères clichés se retrouvent rapidement (Asta, Yami), d’autres détonnent par les surprises qu’ils occasionnent (Yuno, Noelle…). Yuno, qui au premier regard pourrait paraître tout ce qu’il y a de plus classique en matière d’antagoniste taciturne, s’avère étonnamment polyvalent puisque tour à tour dédaigneux ou complice avec Asta. Il reste assez mystérieux mais je crois deviner que son rôle dans l’histoire ira au-delà d’un simple statut d’antagoniste pour notre héros, et tant mieux.

rr

Black CloverLa Compagnie du Taureau Noir en plein repas !

 rr

rr

Ma note :

 rr

Points forts :

Décors soignés
Personnages à l’identité propre
Bonne idée des grimoires

 rr

Points faibles :

Garde des stéréotypes de shônen qui imprègnent bien l’ensemble
Asta trop caricatural par moments

 rr

ShishiShishi à l’aise. Bonne lecture, sans ressenti dominant : un bon bouquin qui entre dans la norme. Ou qui est trop spécial pour être davantage apprécié, c’est selon.

 

 rr

rr

CQFD :

  Black Clover ne brille pas par son originalité de shônen, mais il vaut tout de même le détour si tu cherches un manga sans prise de tête pour avoir ta dose de magie, de prophétie et de baston quotidienne.

rr

Black Clover

 rr

rr

Si tu as aimé Black Clover, tu aimeras…

Seven Deadly Sins, de Nakaba Suzuki
Artelier Collection, de Yen Hioka

 rr

rr

Amitiés,

Shishi et Chinmoku.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s